Tout va bien dans les chaumières

Politiquement incorrecte

images (16)

TOUT VA BIEN DANS LES CHAUMIERES

Cultivons notre jardin…

Profile

Sexe : Au féminin, 47 ans, maman de deux admirables filles, grand-mère…

Nationalité : .Be

Je suis politiquement incorrecte, l’imperfection est ma manière d’échapper au conformisme…militante pour la libertée d’expression, artiste dans l’âme, contre la Religion, la Politique,et contre le Travail ‘esclave’.

Vivre de peu pour vivre mieux…toute une philosophie

Si nous voulons nous en sortir, il faut changer notre système politique, changer notre manière de consommer, rétablir le respect, le partage et la dignité.

Je me refuse à croire qu'il n'y a plus d'espoir.

Posté par vero_gaia à 08:55 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


30 décembre 2015

La fondation Ocean Cleanup

Les bouteilles, sacs et autres déchets plastique qui polluent les océans.

 

 

e1e657415b66388cab8ed8e80df23620-1451484642

 

 

Le barrage imaginé par l'ado pour nettoyer les océans

testé aux Pays-Bas

Un barrage révolutionnaire va être testé pour la première fois dans des conditions réelles au large des Pays-Bas, a annoncé mercredi une fondation néerlandaise qui veut éliminer les bouteilles, sacs et autres déchets plastique qui polluent les océans.

La fondation Ocean Cleanup "va déployer un barrage long de 100 mètres lors du deuxième trimestre 2016 dans la mer du Nord, à 23 kilomètres des côtes néerlandaises", a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Deux bras de 50 km

Alors que la plupart des autres projets envisagent de ramasser les plastiques à l'aide de bateaux sillonnant les océans, cette fondation souhaite se servir des courants marins pour les piéger.

Son projet consisterait à terme, en 2020, à étendre deux bras flottants de 50 kilomètres chacun formant un "V" et arrimés aux fonds marins. Munis d'un "rideau" s'enfonçant dans l'eau sur trois mètres de profondeur, ils bloqueraient les plastiques, récoltés ensuite dans un container.

"Le but du test est d'observer les effets de la mer, notamment les courants et les vagues", précise la fondation, qui a déjà testé son barrage en conditions contrôlées, notamment dans des bassins de grande taille aux Pays-Bas.

 

Barrières plutôt que filets

Ce test devrait servir de base à un autre à plus grande échelle près de l'île japonaise de Tsushima (sud). Entre le japon et la Corée du Sud, le système est prévu pour être déployé sur deux kilomètres.

Constitué de barrières sous lesquelles les poisons peuvent passer - et non de filets - le dispositif testé ne représente pas une menace pour la faune marine, selon la fondation néerlandaise.

 Publié à 15h19

 

 

Posté par vero_gaia à 21:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

26 décembre 2015

Sacs en plastique

Les sacs en plastique interdits en Wallonie dès 2016

 

Enfin

 

images (12)

 

L'utilisation des sacs en plastique devrait être prohibée en Région wallonne à partir de l'année prochaine. Le projet de décret du ministre wallon de l'Environnement Carlo Di Antonio allant dans ce sens a été adopté en seconde lecture la semaine dernière par le gouvernement wallon.

L'interdiction devrait être applicable au second semestre 2016 pour les sacs de caisse, et en 2017 pour les autres types de sacs, comme les emballages pour fruits et légumes en vrac, révèle La Dernière Heure samedi.

Le décret doit encore être définitivement approuvé par le gouvernement, en troisième lecture, et ensuite voté au parlement wallon. Le cabinet du ministre précise qu'il est favorable à une mise en œuvre progressive, en concertation avec les différents secteurs concernés.

 

 

7fdd4a102c0bd3b7a678ec9549ea8c52-1451113269

Que pouvons-nous faire ?
 
Changer notre façon de fonctionner par rapport à cette pollution. Il y a des attitudes très simple a adopter :
 
Des cabas en tissus recyclés
Acheter viandes, fromages etc....à la découpe, les fruits etc..en vrac.
Privilégier les emballages en verre.
Privilégier le second hand pour les vêtements, meubles etc....
Gérer nos achats.

images (11)

 

 

Le 6ème continent !

 

Ce sixième continent fait 600 000km2 soit deux fois la France.  Il flotte dans l’océan pacifique et est composé principalement de déchets plastiques. Tous les déchets non biodégradable sont rassemblés dans un coin de l’océan pacifique par les courants, ce qui a formé une « île » de déchet ou « la plus grande poubelle à ciel ouvert du monde et de l’histoire ».
Cette île qui flotte entre San Francisco et Hawaï constituée uniquement d’ordures soit 3,5 millions de tonnes dont 80% de plastique, est quasiment indestructible et grossit a vu d’oeil.
On y trouve des « meubles », des « filets de pêche », des « pneus », des « bouteilles plastiques »; en bref on estime que 80% des débris proviennent des continents.
« Les fragments s’agglutinent par anneaux successifs selon leur taille, les plus petits au milieu, là où les courants s’amenuisent jusqu’au poteau noir central. Il est composé de 6 fois plus de débris plastiques que de plancton, à la base de la chaine alimentaire de la région pour les oiseaux. Sur les îlots, le sable est en plastique et les oiseaux marins sont gavés de fragments indigestes mais volumineux qui leur remplissent l’estomac. Ils avalent indifféremment des petit machins colorés qu’ils n’éliminent pas et finissent par mourir de faim, le ventre bien rempli. »

images (13)

 

A vous les cabas originaux !

 

DIY CABAS FAIM MAIN VIDEO

Posté par vero_gaia à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

22 décembre 2015

Gluten

L'emmergence d'une intolérance au gluten dans le monde occidentale est un signe !

Les blés d'aujourd'hui ne sont plus tolérés par le corps humain

 

 

 La société refuse la loi de la nature

 

slidergluten-1024x512

 

Le blé moderne que nous consommons aujourd’hui a subi de nombreuses modifications génétiques depuis 10 000 ans. Ces nouveaux blés comparable à des OGM développent de nombreuses intolérances et sensibilités au gluten. On estime à 500 000 le nombre de personnes intolérantes au gluten en France alors que 90 % d’entre eux ignorent totalement leur maladie. 

Source

 

 

 

15 mai 2015

CONSIGNE canettes

 

Faut il cautionner les canettes ?

 

En route pour une ballade dans la nature

 

 016

 

030

 

Sur ma route...

026

042

048

025

001

 

033

 

« C’est là qu’on voit combien les humains sont sales »

004

041

039

On nous incite à trier les déchets (et c'est très bien!) dans d'autres pays européens

(exemple. Allemagne, Suède, Danemark, Estonie...), un système de caution

"motive" les consommateurs à rapporter leurs canettes et leurs bouteilles en plastique.

Résultat : Beaucoup moins de déchets "sauvages" le long des routes et plus de matière à recycler.

Pourrait-on réfléchir à l'application d'un tel système en BELGIQUE ?

A une généralisation du système en EUROPE ??           Info 

 

 

Pour éviter le bisphénol A,

Ne consommez ni conserves ni canettes !

C'est plus sage... à plus

 

 

 

 

 

 

 

 

 


30 mars 2015

"vie simplifiée"

Halte au Gaspillage, Zéro déchets !

images (8)

Un quotidien sans déchet

Forts de cette prise de conscience, les Johnson commencent à s’informer et à se documenter sur l’écologie, le désencombrement, la sobriété heureuse.

Béa ouvre un blog pour partager leur expérience et échanger avec d’autres sur leur changement de mode de vie. Aujourd'hui, ils ne génèrent que quelques poignées de détritus par an.

Cuisine Zero Waste Home

Au quotidien, ils revoient leurs habitudes, scrutant chaque détail, évaluant chaque besoin, raisonnant chaque envie. Pour faire les courses, Béa s’approvisionne dans des magasins où il est possible d’acheter les produits en vrac (grains, céréales, farines, quelques goûters). Elle a confectionné des sacs en tissu sur lesquels elle a inscrit le poids du sac : lors du passage en caisse, il suffit alors de peser et de déduire le poids du contenant. Elle utilise aussi des bocaux en verre de un litre dans lesquels elle met du fromage, de la viande, du poisson, de la charcuterie, et réserve le dernier pour les envies du moment (olives, miel ou huile). Depuis, sa cuisine est remplie de bocaux en verre dans lesquels sont entreposées les denrées alimentaires.

Les cosmétiques font partie, avec les médicaments et le nécessaire de bricolage, des éléments les plus difficiles à gérer sans déchets : tout est sur-emballés, alors il faut ruser.

En savoir plus

 Béa Johnson

images (9)

 

 

20 mars 2015

Journée du bonheur

Prenez un jour "normal",

Sans guerre, sans catastrophe, sans aucun viol, sans fermeture d'usine, sans expulsion...

ç'est bon, vous l'avez trouvé ?

Il ne vous reste plus qu'à créer la journée internationale du bonheur. 

 

Vendredi 20 mars 2015

 

Sachez doser durant 365 jours c'est mieux

images (5)

 

images (4)

A Ecouter

Foule sentimentale

Paroles et traduction de «Foule Sentimentale»

Foule Sentimentale 

Dans ce texte Alain Souchon nous aborde le sujet de " la société matérialiste ". Il nous fait croire que le bonheur c'est d'avoir en quantité. Il parle de tous ces gens qui ont la soif d'idéale. Bien evidemment tout le monde n'a pas la chance d'ecxaucer ses rêves et donc il y a des exclus (il se degage, de ces cartons d'emballage, des gens lavés hors d'usage)
On remarque également des petits jeux de mot comme " déconner " et " dès qu'on est né "

Oh la la la vie en rose

Le rose qu'on nous propose

D'avoir les quantités d'choses

Qui donnent envie d'autre chose

Aïe, on nous fait croire

Que le bonheur c'est d'avoir

De l'avoir plein nos armoires

Dérisions de nous dérisoires car

Foule sentimentale

On a soif d'idéal

Attirée par les étoiles, les voiles

Que des choses pas commerciales

Foule sentimentale

Il faut voir comme on nous parle

Comme on nous parle

Il se dégage

De ces cartons d'emballage

Des gens lavés, hors d'usage

Et tristes et sans aucun avantage

On nous inflige

Des désirs qui nous affligent

On nous prend faut pas déconner dès qu'on est né

Pour des cons alors qu'on est

Des

Foules sentimentales

Avec soif d'idéal

Attirées par les étoiles, les voiles

Que des choses pas commerciales

Foule sentimentale

Il faut voir comme on nous parle

Comme on nous parle

On nous Claudia Schieffer

On nous Paul-Loup Sulitzer

Oh le mal qu'on peut nous faire

Et qui ravagea la moukère

Du ciel dévale

Un désir qui nous emballe

Pour demain nos enfants pâles

Un mieux, un rêve, un cheval

Foule sentimentale

On a soif d'idéal

Attirée par les étoiles, les voiles

Que des choses pas commerciales

Foule sentimentale

Il faut voir comme on nous parle

Comme on nous parle

Résiste 
Prouve que tu existes 
Cherche ton bonheur partout, va, 
Refuse ce monde égoïste 
Résiste 
Suis ton cœur qui insiste 
Ce monde n'est pas le tien, viens, 
Bats-toi, signe et persiste 
Résiste 

 

France Gall

19 mars 2015

Inégalités

Un nouvel outil pour lutter contre les inégalités

mmmmmm

 

 

Divisé en onze sections, le média propose des articles vulgarisés sur les thèmes nationaux des classes sociales, des richesses, de l'éducation, du travail, du genre, de la politique, la culture, la santé, l'immigration et du cadre de vie. L'aspect international est également traité.

Le site, inégalités.be, se veut un média "ouvert et participatif" et propose à toutes les personnes intéressées d'intégrer le projet par la rédaction ou la traduction d'articles.

 

clic

 

12 mars 2015

#foot malin

Enfin du foot malin

soccket-619295-jpg_423834

Le football moderne n'a plus rien de fair-play

Dois-je vous informé ou vous rappeler que le football est gangrené par l'argent et, comme souvent, l'exemple vient du haut.

Plusieurs imminents membres de la FIFA, l'instance mondiale du ballon rond, sont tombés pour des affaires de corruption.

 

Taper dans le ballon pour éclairer sa maison

Le Point.fr - Publié le 04/07/2012 à 13:33

Le prototype de ballon "soccket" transforme les dribbles en volts. Pas si saugrenu que cela !

Video

 

Un Terrien sur quatre manque d'électricité, et le foot est le sport le plus pratiqué au monde. Il n'en fallait pas plus pour que Jessica Lin, Jessica Matthews, Julie Silverman ou encore Hemali Thakkar, quatre étudiantes passées par Harvard, aient l'idée de rendre ce passe-temps productif. Et que taper dans le ballon devienne... générateur d'électricité. Au final, une demi-heure de jeu permet de recharger un téléphone portable ou d'alimenter une ampoule Led durant trois heures.

 

Comment est-ce possible ? Le mouvement répété de la balle, dotée d'un capteur gyroscopique, alimente un générateur qui alimente à son tour une batterie électrique. Toute la magie de ce ballon est, en effet, de convertir de l'énergie cinétique en énergie électrique. Stockée, celle-ci peut ensuite être transmise à l'extérieur via une connectique basique, un port USB ou une prise jack, par exemple, protégée durant les périodes de jeu par un cache en cuir. "Nous avons mis au point un ballon dont le poids s'apparente à un ballon utilisé en compétition", explique Julie Silverman, une des conceptrices du projet. Ce ballon, qui résiste à la pluie et qui, assurent ses concepteurs, peut être réalisé à 90 % à partir de matériaux recyclés, a été baptisé "Soccket", en référence à "soccer" (football) et "socket", qui signifie prise en anglais.

Aussi saugrenue soit-elle, l'idée a été testée avec succès en Afrique du Sud et l'ancien président américain Bill Clinton, dont la fondation soutient le projet, a qualifié l'invention d'"extraordinaire". Enfin, une société, Uncharted Play, veut industrialiser sa production pour faire baisser le coût de ce prototype, dont le prix avoisine aujourd'hui les 60 dollars. Une étape cruciale afin de le rendre abordable dans les pays émergents. Parmi les pays cibles figurent le Mexique, le Costa-Rica, Haïti, le Salvador ou encore le Nigeria. 

"Soccket" L'énergie cinétique

une idée pour jouer dehors avec vos enfants

soccet-energy-creating-soccer-ball

ballon

 

 

 

 

 

 

 

 

Energie renouvelable

 

11 mars 2015

#burn out

On ne sombre pas ainsi dans le burn-out du jour au lendemain.

 

C’est un mal qui s'installe progressivement, un processus lent et sournois.

Il provient toujours d’une surcharge relative au travail. L’équilibre entre vous-même et la situation au travail s’écroule. C’est ce que nous apprend un expert en burn-out.

 

 

400_F_36163980_lz5xLTmmcBxPFOWZXdgjqdzQWLM4znga

 

Les différentes phases

Le processus de burn-out connaît différentes phases. On est d’abord plein d’enthousiasme, d’implication, et d’ambition. Puis cela tourne au stress permanent, à la surcharge, voire même à l’épuisement. C’est un processus lent. Donc, nous ne nous en rendons pas compte très vite. Plus tôt vous réagissez, plus facilement vous pouvez vous tirer d’affaire. Plus longtemps vous persistez, plus votre processus de guérison va durer et il vous faudra une aide professionnelle pour vous en remettre.

Mais à qui cela profite ? Exemple : le présentéisme, selon Sylvaine Pascual, coach spécialiste en relations humaines, est tout aussi mauvais que l’absentéisme. Il nous conduit à aller au travail alors que nous n’en sommes plus capables, et il coûte ! Non seulement au salarié qui repousse ses limites, frise le burn-out et de ce fait, l’incapacité totale. Mais de ce fait, il revient cher aux entreprises également.

Les 6 grandes phases du burn-out ne sont pas parfaitement distinctes. Elles n’arrivent pas toutes et elles peuvent suivre un ordre différent, selon les individus.

Déroulement type d’un processus de burn-out  

1. Prestations au sommet

Vous êtes plein d’enthousiasme, entièrement impliqué. Vous avez le sens des responsabilités et votre but est de livrer du bon travail. Vous posez des objectifs élevés envers vous-même. Vous prestez régulièrement des heures supplémentaires. Vous mettez beaucoup d’énergie dans votre travail, vous êtes très concerné et vous vous amusez. Vous vivez bien la pression. Mais vous restez régulièrement sous pression, vous vous négligez vous-même. Vous voulez que l’on vous trouve sympathique et que l’on vous considère comme un bon collaborateur. En bref, vous êtes consciencieux.

2. Vous donnez de trop

Vous êtes de plus en plus occupé. A la maison, vous avez du mal à laisser le travail de côté. Vous l’observez, vous êtes préoccupé. Vous vous en faites beaucoup et vous ne pouvez rien y changer. Vous avez besoin de repos et de détente, mais vous vous le refusez. Et bien oui, car ‘le travail doit tout de même se faire’. Mais vous commencez à vous fatiguer, vous négligez vos contacts sociaux et vos hobbys. Vous pouvez ainsi récupérer le soir. Mais vous avez de plus en plus de mal à vous endormir et à faire de longues nuits.

3. Vous vous impliquez de plus en plus

Vous travaillez encore plus dur car vous remarquez que sinon, vous n’y arriverez pas. En plus, vous tenez à ce que tout se déroule comme prévu. Vous êtes de plus en plus fatigué, frustré et irrité. Vous remarquez, à votre grand désarroi, que vous faites parfois des bêtises. Vous tentez de garder le contrôle mais cela devient de plus en plus pénible et requiert trop d’énergie.

Des maux physiques vous assaillent, comme mal de tête et raideur des muscles, mais vous refusez de prendre ces plaintes en considération. Les contacts avec vos collègues et à la maison vous paraissent désagréables et difficiles. On vous demande quelque chose mais vous n’en avez pas envie, car vous n’avez pas le temps pour cela. Le soir, vous vous allongez, épuisé dans le fauteuil et vous zappez d’un programme télé à l’autre, vous ne savez plus rien faire d’autre.

4. Votre image de vous-même décline et vous ne savez plus rien donner

Vous n’êtes plus centré sur vous-même. Vous tentez de dompter votre volonté mais vous parvenez juste à vous traîner au boulot. Rien ne va plus, vous ne ressentez plus rien. Vous êtes prêt à vous effondrer. Cela vous rend malheureux : tout vous demande de l’énergie et vous n’en avez plus.

Tout vous semble de trop. Vous souffrez de sérieux maux de ventre ou d’estomac, de troubles indéfinis voire d’hyperventilation. Ces douleurs entravent votre bon fonctionnement. Vous êtes pris dans une spirale négative et vos pensées à votre propos sont de plus en plus négatives. Mais vous persévérez : « haut les cœurs, vous n’êtes pas une mauviette ! »

5. Plus de carburant.

Là, c’est tout. Vous êtes comme un robot vide, tout creux. La vie n’a plus de sens et ne vaut plus la peine d’être vécue. On ne vous fait plus de compliments, vous vous sentez rejeté (d’abord par vous-même), plus rien ne vous amuse. Que la vie est dure ! Vous pouvez à peine sortir de votre lit, la dépression est à votre porte. A côté des douleurs physiques, vous êtes pris de moments de panique et de crises d’angoisse.

6. Votre corps dit ‘stop’

Alors un beau jour, votre corps réagit et refuse d’aller plus loin. Quelques exemples en pratique : « Tout à coup, je ne sais plus marcher » ; « Un violent mal de dos me laisse à plat, mon corps ne veut plus » ; « Je ne peux plus aller au bureau car je ne sais plus conduire. Je tombe en larmes, un vrai gosse ». « Je n’arrive plus à lire, les lettres dansent sous mes yeux, j’ai très peur. »

Vous ne vous soignez pas, donc votre corps décide d’arrêter. Et que fait-on, maintenant ? C’est un mécanisme de survie car si le corps ne le faisait, combien de temps dureriez-vous encore ? Vous avez progressivement donné trop de vous-même et vous n’avez pas écouté votre corps. Vous êtes complètement épuisé, mentalement, physiquement, émotionnellement. Peu importe les raisons sous-jacentes, il est important que vous vous remettiez, que vous récupériez de l’énergie et que vous appreniez à prendre soin de vous.

Sources http://www.ligtpunt.nl/1/1, http://passionforwork.net/

(kv) - (sc) 

http://www.jobat.be/fr/articles/tout-droit-vers-le-burn-out/

A qui la faute ?

 

Petit résumé

 

Analyse des risques et mesures de prévention

Art. 3.- Lors de l'analyse des risques réalisée conformément à l'article 8 de l'arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail, l'employeur identifie notamment les situations qui peuvent engendrer des risques psychosociaux au travail.

Il tient compte notamment des situations qui peuvent mener au stress ou au burn-out occasionnés par le travail ou à un dommage à la santé découlant de conflits liés au travail ou de violence ou de harcèlement moral ou sexuel au travail. Il détermine et évalue les risques psychosociaux au travail en tenant compte des dangers liés aux composantes de l'organisation du travail, du contenu du travail, des conditions de travail, des conditions de vie au travail et des relations interpersonnelles au travail.

L'analyse des risques portant sur les risques psychosociaux au travail est réalisée par l'employeur avec la participation des travailleurs.

L'employeur y associe le conseiller en prévention aspects psychosociaux lorsqu'il fait partie du service interne pour la prévention et la protection au travail.

A défaut, il y associe le conseiller en prévention aspects psychosociaux du service externe pour la prévention et la protection au travail lorsque la complexité de l'analyse le requiert.

Art. 4.- L'employeur prend, dans la mesure où il a un impact sur le danger, les mesures de pré- vention appropriées pour prévenir les risques psychosociaux au travail en appliquant les principes généraux de prévention visés à l'article 5, § 1er de la loi.

Ces mesures sont prises conformément à l'article 9 de l'arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail. Lorsque le conseiller en prévention aspects psychosociaux a été associé à l'analyse, l'employeur demande son avis avant de prendre ces mesures.

Arrêté royal du 10 avril 2014 relatif à la prévention des risques psychosociaux au travail (M.B. 28.4.2014)

Pour appronfondir les codes sur le bien être au travail et par secteur Cliquer ici

 

Les 13 vérités sur le travail. Attention danger de démotivation !

 

Etre au chômage c’est tout sauf une partie de plaisir. Mais pour celui qui va travailler, ce n’est pas non plus tous les jours ambiance et cotillons ! Disons-le, vous auriez probablement préféré ne jamais avoir lu ce qui suit…

A lire à vos risques et périls. Attention danger pour votre motivation !

Il nous reste à vous souhaiter une excellente journée de travail… :-)

    

 Sources : Businessinsider.com